Fédération des locataires de l’Eure

 

Accueil

 

 

Nos actions

 

 

L’Anru

 

 

Nos archives

 

 

Rapport moral de l’Assemblée Générale des locataires CNL d’Evreux

46ème assemblée

2012 une année de rodage et de respiration

Une année de rodage : nous avons appris à travailler pour tous les locataires du logement social

d’Evreux (SAIEM,-EURE HABITAT- SECOMILE-SILOGE- LOGEMENT FAMILIAL, dans notre nouveau

local, N°2 rue Joliot Curie à Evreux. Une année de respiration : en comparant les gestions des

organismes, leur réactivité à gérer les logements, nous savons davantage que nos revendications

sont justes et que si nos interlocuteurs le veulent, elles trouvent des solutions.

Dans le registre des satisfactions notons : le chauffage urbain

Après cinquante ans d’attente, la délibération du conseil municipal d’Evreux créant le réseau de

chaleur, pour récupérer l’énergie de la future usine d’incinération des ordures ménagères date de

1963. C’est maintenant fait en 2012, avec un complément de deux chaufferies bois. Pour nous

locataires la baisse du coût du chauffage ne sera pas celle annoncée dans les bulletins de la ville et de

l’agglo respectivement -40% et -30%, mais va se traduire par une stabilité des coûts pour les usagers

ayant l’eau chaude sur le réseau de chaleur et une baisse de quelque 10% pour les usagers ayant

uniquement la prestation chauffage. Dans le contexte de la flambée des coûts de l’énergie c’est bon

à prendre.

Comme est bonne à prendre la réflexion entendue d’un visiteur du quartier de la Madeleine, vous

redonnez de la dignité au quartier de logements sociaux, ceci après que je lui ai expliqué qu’avec

50% des familles sans voiture et un chauffage biomasse, les habitants de la Madeleine et Nétreville

étaient les premiers du département à répondre aux exigences de -2050 du Grenelle de

l’environnement, réduire de 2/3 les émissions de gaz à effet de serre.

Une inquiétude cependant : l’équilibre financier des investissements sur le réseau et les chaufferies

repose sur des ventes d’énergie Celui ci n’a pas pris en compte la suppression de 1000 logements à

la Madeleine et les éventuelles améliorations d’usage : meilleure isolation des bâtiments mais

surtout réduction des gaspillages d’eau chaude. La ville s’étant engagée a acheter une consommation

de chaleur dont nous n’aurons probablement pas l’usage, qui paiera le manque à gagner ? Espérons

que ce ne seront pas les locataires restants, par une révision du prix de la puissance installée qui a

déjà augmenté de 58% au 1/11/2012 par KW souscrit. N’oublions pas que le coût du chauffage est la

somme d’un coût de l’énergie consommée (R1), du prix de l’abonnement (R2) et de la nouvelle

tarification de la TVA.

Cet engagement de consommation énergétique vis-à-vis du SETOM, (syndicat de traitement des

ordures ménagères) à lui seul, devrait faire réfléchir à deux fois la ville et l’agglo avant de s’engager

dans des projets de nouvelles destructions de logements, nous évoquons là les 80 logements du

Cèdre et Epicéa pour lesquels une intention de démolir est déposée en Préfecture : patrimoine

appartenant maintenant à la SECOMILE depuis le 1er octobre 2012.

Dans les satisfactions de l’année nous devons aussi noter que nos inquiétudes de nombreuses fois

exprimées sur la qualité de la direction générale de la SAIEM sont maintenant partagées par

l’ensemble du conseil d’administration : Nous osons croire que 2013 permettra le redressement

attendu après le renvoi le 31/12/2012 de la SCET, anciennement SCIC, filiale de la Caisse des dépôts

qui assurait depuis l’origine la gestion de la société.

A EURE HABITAT nous avons appris avec satisfaction, l’abandon du programme de destruction de 150

LOPOFA , logements à faible loyer de Nétreville, satisfaction toutefois contre balancée par un projet

de démolitions à Navarre, nous voulons en savoir plus sur les motifs avancés, dégâts sur les

structures, fondations instables du bâtiment avant de nous prononcer sur cette intention qui crée un

grave préjudice aux 150 familles très attachées à ce quartier .

A 5 € le m3, Le coût de l’eau devient la principale préoccupation des charges

locatives

Ce sera le thème de notre prochain congrès fédéral de la CNL du 16 mars, comment maitriser ces

coûts et quel exemple suivre. Nous sommes depuis longtemps sur ce dossier, voilà dix ans que nous

réclamons la pose de compteurs individuels d’eau froide, une meilleure surveillance des fuites entre

le compteur général et la distribution aux appartements, relisez nos bulletins, les rapports de nos

assemblées générales archivés sur le site cnl27.fr, rien ne nous a échappé, mais les progrès sont bien

minces.

Au contrôle de charges de la SECOMILE en décembre 2012, contrôle effectué par Edith OHAN et

Jacques CARON, nous avons constaté pour 12 mois de relevés de compteur : 145m3 en moyenne de

consommation par logement à Made 3 (309 logements SECOMILE), 149m3 à Made 4+Made 5 ( 139

logements SECOMILE).En mars 2012, 130m3 en moyenne par logement à la SAIEM rue Passot et Clos

Madelon

Mais aussi 60 m3 en moyenne par logement dans les 77 logements des Friches où notre ancien

trésorier Pierre SCOMBART avait demandé et obtenu la pose de compteurs individuels.

60 à 70 m3 ce sont les consommations moyennes que nous retrouvons dans les programmes locatifs

des 6000 logements de la SILOGE qui sont tous équipés de compteur ou de sous compteur avec télé

relève.

EURE H BITAT termine la pose de comptage individuel sur l’ensemble de ces 16000 logements de

l’Eure par Evreux où il reste 600 logements à équiper

L’eau à 5 € est une catastrophe, une double peine, pour les locataires du logement collectif surtout

si la consommation reste aussi forte à 150 m3 cela fait 750 euros par famille parfois cela va faire

jusqu’à 10% du revenu du locataire, plus que pour le chauffage. Si en habitat individuel, les

économies volontaires et les systèmes de récupération des eaux de pluies permettront aux habitants

de s’adapter à la nouvelle tarification, il n’en est rien pour le collectif avec un compteur général pour

parfois 400 logements, et des canalisations de distribution enterrées et vieillissantes le pire est à

craindre

Heureusement nous avons la Loi avec nous qui demande pour 2015 des comptages individuels, sauf

impossibilité technique.

A ce jour aucun empressement n’est perceptible pour appliquer la loi à l’agglo, pas de budgétisation,

pas plus à la SAIEM qu’à la SECOMILE.

La dernière réunion de concertation le 7 décembre 2012 sur la rénovation du programme Mad 2

récemment acquis par la SECOMILE a été édifiante, les directions générales et techniques de la

SECOMILE freinaient des 4 fers pour ne pas passer aux comptages individuels, il a fallu toutes la

détermination des représentants des locataires CNL et CLCV pour que le principe de profiter du

programme de travaux pour passer au comptage individuel soit admis.

Ce dossier eau (absence de compteur individuel) avec le mode de calcul du prix de l’eau chaude (le

prix de l’énergie de réchauffement de l’eau est toujours récupéré sur les charges chauffages) à la

SAIEM et à la SECOMILE, sont nos principaux contentieux sur les charges locatives. Il est probable

qu’ils vont nous occuper prioritairement dans les prochaines années et nous attendons le soutien à

la fois des fonctionnaires de l’Etat en charge des populations et logements et des élus pour un

règlement rapide. Il en va de l’avenir du logement social en collectif fortement implanté à Evreux.

Le prix de l’eau a été multiplié par 5 en vingt ans, les locataires du logement social doivent avoir le

droit de baisser leur consommation.

ANRU à l’heure du bilan la vérité s’impose : une arnaque

Officiellement l’ANRU d’Evreux la Madeleine s’achevait au 31/12/2012, dans l’année 2012 nous

avons appris qu’EURE HABITAT, le plus gros organisme de logements sociaux du département, était

mis à genoux financièrement par les frasques de l’ANRU , l’ANRU n’accepte de payer le coût des

démolitions effectuées que si les logements sont reconstruits, mais n’apporte que 10% du coût de la

reconstruction .

Pour nous, nous attendons toujours le premier habitant qui s’installerait à la Madeleine, parce que

l’ANRU y a fait des dépenses, la mixité annoncée n’est pas au rendez vous, bien au contraire, elle a

reculé fortement ces dix dernières années et la vacance est toujours fortement présente dans les

logements de la SAIEM du quartier

En plus de vouloir rajouter de la destruction de logements à un programme qui a déjà fait beaucoup

de dégâts, les décideurs de l’ANRU ont tenté de s’en pendre à nouveau cette année à notre droit aux

stationnements. C’est l’objet de notre recours gracieux sur le permis de démolir, contre le projet de

destruction de garages rue Jean la Bruyère, prélude à la construction d’un nouvel accès sur le

Boulevard du 14 juillet permettant la vente pour projet immobilier de l’ensemble de l’assiette des 80

places de stationnement dont une large part à été construite en boxes de garages et correspondant

aux obligations de places de parking liées aux 310 logements de la SAIEM . Ce contentieux juridique

que nous espérons être le dernier, n’a pas trouvé à ce jour de réponse.

Si ce droit à stationnement n’est pas préservé le nombre de voitures stationnant, sur trottoir et

gazon, depuis la construction de la Maison du département va encore croître. Et ce n’est pas

l’aménagement de places de stationnement payant en ‘’résidentialisation’’ au pied de la tour

Rouergue qui apporte une réponse ; à part quelques voiture de service d’EURE HABITAT, le parking

reste désespérément vide, payer 25 € par mois pour avoir sa voiture derrière une clôture n’est pas

du goût des locataires au budget serré.

L’ANRU a du profiter à certains mais pas aux habitants du quartier, pas à la Régie de quartier, au

Secours catholique qui attendront encore de longs mois avant de retrouver des locaux adaptés à leur

activité.

Une phrase peut résumer les années ANRU à Evreux la Madeleine, en début de l'opération de

renouvellement urbain on nous a annoncé une maison médical au pied de la tour N°1 du centre

commercial des deux tours, en fin d'ANRU non seulement nous n’avons pas maison médical, mais

nous avons perdu les tours ; et de plus les professionnels de la santé installé dans les appartements

voisins de longue date ont déserté le quartier ,faute de conserver la tranquillité nécessaire à

l'exercice de leur fonction" Voilà le vrai bilan de l'ANRU!

Notre association a survécu à ce chambardement, faut croire que nous sommes plus solides que les

nombreux blocs de granit de Chine qui restent le principal héritage visible de l’ANRU à Evreux.

Demain des travaux sur les réseaux d’eau, sur le réseau d’assainissement, sur le calorifusage de

réseau de chaleur seront à faire alors on s’apercevra que les dalles de béton dont le quartier est

couvert sont bien gênantes et couteuses, sans compter qu’il faut aujourd’hui trouver des espaces

pour stoker avant renvoi au réseau les eaux pluviales qui ne trouvent plus à s’infiltrer dans le sol.

Une association pour dix mille logements sociaux, c’est peu, mais nous avons

renforcé notre efficacité en comparant les organismes.

Nous tentons de faire généraliser ce qui est bien fait dans une société de logements aux autres

Nous avons peu parler de ST Michel, St Sébastien, Gravigny, nous ne les oublions pas, dans le

contrôle des charges qui concerne tout le patrimoine et en conseil de concertation locatif

départemental d’EURE HABITAT, SECOMILE, SILOGE, ou les représentants des locataires de la CNL

d’Evreux sont très présents. Nous sommes toujours présents pour appuyer les justes revendications

qui nous sont remontées par les locataires et très attentifs à celles venant des adhérents.

Nos projets pour demain

Priorité N°1 : assurer la relève: voilà 40 ans qu’André et moi-même sommes les piliers de

l’association, nous sommes maintenant reconnus comme des interlocuteurs représentants les

locataires dans de nombreuses instances, nos dossiers sont en ordre nous avons des outils, des

locaux et un petit budget pour travailler, une messagerie, un n° de téléphone 0640738080, et avec la

fédération un site cnl27.fr.

Notre souhait est de permettre la transition dans les meilleures conditions, le mouvement de

défense des locataires CNL d’Evreux a rencontré de nouveaux bénévoles avec leur présence dans les

conseils d’administration et commissions d’attribution de la SILOGE du LOGEMENT FAMILIAL et de la

SECOMILE.

Pour ne rien perdre des connaissances acquises et pour se retrouver dans la multitude des structures

ayant trait au logement et l’hébergement nous engageons avec le collectif « urgence logement » un

cycle de formation. 2013 verra les premiers pas des ateliers du logement. Le programme est en cours

de constitution. Un premier atelier traitant de l’hébergement est prévu le 7-02-2013 Avec votre

soutien nous avancerons. Il ya trop de personnes qui ont besoin de nos logements bien gérés à prix

abordable pour ne pas laisser faire n’importe quoi.

Bonne année 2013 à tous. Jacques Caron secrétaire